Share

Collège Jean MONNET à Broons

Collège Jean MONNET à Broons

LE PROJET EN DETAILS

+ MAÎTRE D’OUVRAGE
CONSEIL DÉPARTEMENTAL 22

+ ARCHITECTE MANDATAIRE
DIETRICH UNTERTRIFALLER

+ ARCHITECTE ASSOCIÉ
COLAS DURAND

+ SITE
ROUTE DE LAMBALLE 22250 BROONS

+ PROGRAMME
COLLÈGE 600 AVEC RESTAURATION + PLATEAU SPORTIF ET VESTIAIRES

+ CALENDRIER
LIVRAISON 2015

+ SURFACE UTILE
5600 M²

+ MISSION
BASE + EXE

+ COÛT
8 500 000 € HT

+ PARTENAIRES
ARMOR INGENIERIE / ACOUSTIBEL / ESPACE INGENIERIE / PROCESS CUISINE / M2C / ACT ENVIRONNEMENT

+ SYSTÈME CONSTRUCTIF
OSSATURE MIXTE BOIS ET BÉTON

+ MESURES ENVIRONNEMENTALES
EMPLOI DU BOIS COMME MATÉRIAU PRINCIPAL, COMPACITÉ DU BÂTIMENT, ISOLATION EXTÉRIEURE, RÉCUPÉRATION DES APPORTS SOLAIRES, VENTILATION DOUBLE FLUX, RÉCUPÉRATION DES EAUX PLUVIALES.

UN NIVEAU D’EXIGENCE ET UNE MÉTHODOLOGIE DE TRAVAIL QUI A PERMIS À L’AGENCE DE REMPORTER LE CONCOURS POUR LA CONSTRUCTION DU COLLÈGE DE BROONS

En étroite collaboration avec Dietrich Untertrifaller Architectes, pionnier autrichien de la construction passive, ce bâtiment est conçu pour accueillir 600 élèves.

Au milieu des champs
Le collège de Broons est dessiné, au cœur d’un paysage rural et bocager le long de la route départementale. Un mail bordé de platanes assure, la liaison piétonne entre le centre bourg et le site du nouvel équipement scolaire.
C’est avec la géographie de ce lieu que le bâtiment dialogue, en venant s’installer avec cohérence et attention sur les points bas, limitant ainsi l’impact visuel dans le paysage.

Vérité constructive et rationalité
La silhouette dense et affirmée dessine tout en élégance les lignes étirées venant révéler le paysage agraire.
La réponse résolument contemporaine puise notamment son style architectural dans la réinterprétation des matériaux locaux et naturels : l’essence retenue pour l’ossature du bâtiment, un Epicea breton. L’ensemble des matériaux sélectionnés le sont pour leur insertion paysagère et leur pérennité.Le volume s’assoit sur un socle minéral en béton et s’élève en structure et bardage bois. C’est l’association et la mise en valeur de ces matériaux bruts laissés à voir, qui donne toute sa singularité et sa poésie à l’espace.

Bois et lumière comme composants architecturaux
Le projet puise son essence dans l’emploi du bois magnifié par une lumière naturelle omniprésente. Grande verrière centrale, larges puits de lumière et serres toute hauteur éclairent le cœur des espaces intérieurs. Une ambiance lumineuse et chaleureuse se décline ainsi depuis l’atrium jusque dans les salles de classe, grâce à l’usage du bois comme principe constructif, mais également comme élément principal de l’aménagement intérieur.
En façade sud, des baies sur allège sont installées afin d’offrir des vues aux élèves assis, même lorsque les brise-soleil sont abaissés sur le châssis vitré supérieur. La générosité des ouvertures cadre des vues choisies sur le paysage proche et lointain.

Evidence environnementale
Par souci du respect de l’environnement, le geste architectural est sensé et prévenant au regard de la nature. Tout ce qu’elle donne est capté de manière intelligente par le bâtiment et redistribué techniquement dès que besoin.
Ainsi, en hiver, les serres et l’atrium absorbent la chaleur récupérée par la VMC double-flux pour la réutiliser dans l’ensemble des locaux. L’été, des ventilations hautes et basses permettent d’éviter les surchauffes. Les eaux pluviales sont collectées au sein d’une cuve et réutilisées pour les sanitaires du collège. Le restaurant scolaire reçoit une toiture végétalisée venant se confondre avec l’espace enherbé de la cour.

Référence sensible aux matériaux locaux, le Douglas a été choisi pour l’enveloppe et l’épicéa de Sitka structure l’aménagement intérieur. Ces deux essences originaires d’Amérique du Nord ont été introduites massivement dans la région et se plaisent dans ce climat océanique breton.

Cette performance aussi bien technique qu’architecturale, aura été menée en à peine 20 mois.

Une collaboration pleinement efficace qui va se poursuivre  puisque l’agence a remporté le Concours pour le Collège de Lamballe (820 élèves), dont la livraison est prévue pour la rentrée 2018.